Tenir sa comptabilité à jour

La comptabilité faire partie intégrante de son entreprise, grâce à elle on connaît notre plan bugdgétaire

Une entreprise ne peut pas vivre sans trésorerie, ça c’est un fait et justement afin que vous sachiez quel est votre fond budgétaire, une comptabilité stricte doit être tenue au jour le jour.

Pour cela on a deux solutions, soit on opte pour le bon vieux cahier de comptabilité et on écrit à la main soit on se la joue moderne et l’on fait tout par ordinateur. Personnellement je suis plus cahier, au moins je sais que si mon ordi me plante, la compta elle ne me plantera pas puisqu’elle se trouvera sur papier 🙂

calculator-1044172_1280

Comment faire

Non on n’attend pas la fin de l’année pour rassembler ses bons de commandes et ses factures pour calculer combien on a dépenser et gagner dans l’année, ça c’est un mauvais plan.
Tout doit être conservés dans un classeur et noter dans son cahier

Ce qu’il faut c’est

  • A chaque commande passée, noter la date, l’objet et le montant
  • A chaque factures (celles que l’on doit payer), faire la même chose que pour les commandes
  • A chaque rentrée d’argent, faire de même – date, objet et montant

Tous les mois, il faut faire un bilan mensuel. Ceci permet de savoir si on a plus dépensé d’argent que gagner ou le contraire

Important

Garder toutes les pièces compta : factures (celles que vous devez payer et celles que vous avez facturées, bons de commandes, reçus…) elles serviront de justificatifs si une administration vous les demande.

new-years-day-972297_1280

DECEMBRE

Et voilà qu’arrive la fin de l’année, il est temps de faire se qu’on appelle le bilan annuel. Celui-ci peut être simple et rapide si vous avez appliqué le procédé que j’ai cité ci-dessus.
Il suffit de reprendre la somme de chaque mois, de les calculer et on obtiendra le total sur l’année.
Ainsi vous pourrez voir si votre entreprise affiche un bon score ou si au contraire elle est en perte de vitesse.
Et si vous avez du temps devant vous, vous pouvez même vous amusez à créer un graphique sur votre ordi que vous imprimerez.

Voilà, j’espère que cette petite info vous aura démontrer que si on tient régulièrement sa comptabilité à jour, le bilan annuel ne sera pas une corvée diabolique.

A bientôt

 

 

 

cotisation fonciere des entreprises

la cotisation foncière de l’entreprise est incontournable, qu’en est-il pour une entreprise crée en 2014 ?

Lors de mon projet de devenir auto-entrepreneur  comme blogueuse professionnelle, j’étais loin de me douter que la première année je devrais payer l’impôt foncier sur l’entreprise !
Effectivement après avoir passé un B.A.E.P et sachant quelle était mon choix d’orientation,la concrétisation de mon avenir se profilait jour après jour sous un bon angle, étant bien entouré je n’avais guère à me soucier puisque je pouvais piocher à volonté dans les conseils qu’il m’était alors donné.
C’est ainsi que j’apprenais que la première année de la création d’entreprise on ne payait pas la contribution foncière aux entreprises sauf évidemment si on avait eut de bonnes entrées d’argent (même très bonnes) – vu le choix d’activité professionnelle que je voulais exercer je ne m’en faisait pas trop car je savais que pour être au top des top il fallait que mon blog soit connu et que la recherche de potentiels clients n’étaient pas une mince affaire, je me donnais donc 1 an pour faire de mon mieux en écrivant des articles susceptibles  de plaîre et payés et de me concocter une trésorerie raisonnable.
C’est donc en Juin 2014 que je me rendais à la Chambre de Commerce et monter mon dossier de création d’entreprise en tant tant qu’auto-entrepreneur.

bank-note-209104_1280

Seulement voilà en décembre 2015 j’ai reçu la surprise ! Je devais payer 170 € (j’ai arrondi) la contribution foncière sur l’entreprise !!! Stupeur !
Comment je pouvais payer une somme pareille alors que ma trésorerie est vide et qui de plus est on m’avait bien expliqué que la première année je ne paierais rien…Là j’avoue que j’étais un peu déconcertée.
Je décidais donc de me rendre aux impôts pour éclaircir la chose.

Il s’avère que : Un nouveau texte était sortit, il stipulait que les entreprises crées en 2014 devraient payer la première année la contribution à l’impôt foncier et ce même si elles n’ont eut aucunes entrée d’argent . Donc plus d’exonération 😦

lien : Cotisation foncière des entreprises, comment ça marche ?

Donc me voilà de nouveau en train de piocher dans mon RSA pour pouvoir payer cette contribution, chose qui n’est pas aisé et qui entre nous sans être vulgaire « me fout les boules »

opposites-489521_1280

Quand je pense que j’ai crée cette entreprise pour être dans une dynamique et ne pas rester inactive et qu’aujourd’hui je dois payer une grosse somme alors qu’aucune véritable entrée d’argent n’a été faite, j’ai plus envie de cesser mon activité plutôt que de la continuer.
Un choix va désormais s’imposer, soit j’arrête et continue mon blog pour mon plaisir personnel soit je continue au risque de devoir payer l’année prochaine une nouvelle fois la cotisation sans entrée d’argent.

Donc le conseil que je peux donner aujourd’hui à tous ceux et celles qui veulent se lancer dans l’auto-entreprenariat c’est de bien se renseigner, de se maintenir au courant de tous nouveaux changements car d’une année sur l’autre les textes changent, ce qui est bon aujourd’hui ne le sera pas forcément demain…

Voilà j’espère que vous en aurez appris un peu plus sur la création d’entreprise et sa cotisation foncière

A bientôt pour de nouvelles infos

Passage de la CPAM au RSI

Le passage de la cpam au rsi, une incontournable aventure !

Lorsqu’on devient auto-entrepreneur certaines choses changent, notamment la couverture sociale qui ne sera plus géré par le même organisme. Ainsi la CPAM cédera la place au RSI. Sauf que voilà, ce passage n’est pas dénué d’embûches et beaucoup de débutants ignorent ce qu’ils leur attendent.
C’est pourquoi j’ai voulu faire cet article ou plutôt cette introduction, en effet je vous donne tous les détails sur mon blog pro (vous pouvez y aller sans problème, l’article n’est pas payant ) – ainsi vous pourrez vous rendre compte qu’il va falloir vous armer de patience, mettre quelques économies de côté au cas où vous tomberez malade et vous dire que la vie est belle (rien ne sert de s’énerver).

L’article que vous trouverez sur mon blog pro a été vécue, il est tiré de mon expérience perso et je peux vous assurez que j’en ai bavé.

clic sur : Changement de statut, CPAM contre RSI

En espérant que tu y trouveras toutes les infos que tu souhaites

A bientôt

Gagner de l’argent avec un blog ?

Gagner de l ‘argent avec son blog, oui c’est faisable mais seulement sous certaines conditions

Avoir un blog c’est partager une passion, gagner de l’argent avec c’est encore mieux ! Oui c’est  mieux, mais est-ce vraiment une réalité ou est-ce seulement de la poudre aux yeux ?

Partout sur la blogosphère le même titre d’article revient « comment gagner de l’argent avec son blog » – Quelle belle  phrase n’est-ce-pas ?!, ça fait rêver !  au fil des lignes vous êtes totalement ébahis, vous vous voyez déjà gagner un bon revenu qui vous permettrait de vivre confortablement, sauf que voilà vous n’êtes pas seule sur la place du marché, la concurrence est là, bien en place et  ne vous fera pas de cadeaux.

Le design et l’écriture ça compte !

D’abord il faut un joli blog, quelque chose de beau, de sain tel que celui de Psychosexy ou  Blood is  the new black ou encore Odile SacochePlus il sera aéré et design plus les personnes auront plaisir à le lire. Par conséquent il est inutile de se précipiter, il faut prendre son temps pour bien le construire , il faudra aussi que celui-ci vous ressemble, d’où le fait que j’ai mis trois blogs différents en exemples et évidement mettre les catégories adéquates aux sujets que vous allez traiter.
Evitez le plus possible les fotes !  Etre spontanée mais sans être vulgaire, avoir une belle plume sans pour autant avoir le  prix Nobel de littérature et mettre en valeur un texte en y ajoutant de belles photos .

office-381228_1280

Avoir de la notoriété

A ben si c’est comme ça, on n’échappe pas à la règle et tel un artiste errant de piano bar en piano bar, il faudra quelques années avant de se faire une place et gagner le gros lot, celui d’être reconnue ou pas. Ce qui exige un « travail » à temps plein, le blog doit être alimenté en permanence, ce n’est pas sur un coup de baguette magique que l’on pourra pondre un billet sponsorisé ou recevoir des produits à tester.
Pour commencer il vous faut un bon référencement SEO (explication SEO ici  ) de nombreux fans Facebook (attention 100 fans c’est pas assez), idem pour Twitter et G+, il faut que vous soyez  quelqu’un qui est de influence et que vos lecteurs et lectrices vous fassent entièrement confiance.
Sachez que les entreprises font appel à des spécialistes SEO pour analyser les blogs, si celui-ci se place régulièrement dans les premières  pages des moteurs de recherche, vous aurez peut-être la chance d’être choisit pour un partenariat, un article sponsorisé…sinon il faudra vous armer de patience.

Ne pas avoir peur de participer à une conférence

Il existe  plusieurs conférences qui rassemblent les blogueurs et blogueuses, n’ayez pas peur d’y aller, vous rencontrerez des gens sûrement dans la même situation que vous ainsi que des personnes influentes et  puis la cerise sur le gâteau vous aurez appris pleins de choses.
Le seul inconvénient c’est qu’elles sont assez tard le soir

Plusieurs façons de gagner de l’argent, mais  peu de chance de toucher le pactole

Il existe plusieurs techniques pour « gagner » de l’argent, mais peu sont rentables. Par expérience je sais que l’affiliation n’est  pas la meilleure solution mais que par contre un article sponsorisé apportera plus de satisfaction, ceci-dit faut-il encore avoir plusieurs demandes.
Vous pouvez trouver toutes les techniques sur Trucs de Blogueuses.

hands-462298_1280

Professionnellement, qu’est ce que ça donne ?

Pas grand chose malheureusement,  j’ai écrit un article sur mon blog pro qui donne matière à réfléchir avant d’agir et de se jeter dans la fosse aux lions  : Vivre de son blog, brève réflexion

Conclusion

Ne pas se faire d’illusion, avoir les pieds sur terre et la tête froide. Mais bien sûr rien ne vous empêche de vous lancez et de vous forgez votre propre expérience.

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair dans le blogging et n’hésitez pas à mettre des com 🙂

Source : expérience perso, photos : Pixabay-photos libre de droit

 

Le crowfunding, bon plan ou pas ?

le crowfunding, véritable élan de solidarité ou rêve quasi irréalisable ?

Tout d’abord qu’est que le crowfunding ?

Il existe 4 grandes familles : le don, la récompense, le prêt et l’équity

Les plus utilisées sont le don et la récompense, je ne parlerai donc que de ces deux là. La différence entre le don et la récompense est que le premier est destiné aux projets personnels ou aux actes associatifs alors que le second concerne le domaine professionnel.
Exemple pour le don : une personne veut réaliser un tour du monde, elle demandera alors un financement participatif sous forme de don.
2ème exemple – la récompense : Une entreprise veut récolter des fonds pour le renouvellement de son matériel devenu obsolète, en contrepartie elle donnera une  récompense, exemples un cadeau (tee shirt promotionnel, mug personnalisé, box surprise cosmétique…).

Comme le sujet concerne principalement le domaine de l’entreprise, je me pencherais plus sur « la récompense »
Comment ça fonctionne ?
Avant de faire lancer sa « campagne » il faut calculer ce dont on a besoin et aller au plus juste. Si les fonds demandés sont trop bas par rapport à ce que l’on veut, on ne sera pas pris au sérieux et si c’est trop haut, les gens seront frileux et laisseront de côté votre demande. Réfléchir à quoi servira la somme en plus (parfois ça dépasse un peu)
Réfléchir aussi aux récompenses qu’on est prêt à offrir, en effet il ne faut pas voir trop grand au risque de devoir entamer une partie des fonds, donc on exclue le voyage  pour deux personnes aux Antilles (bon je sais j’exagère)
Chaque somme à sa contrepartie, donc forcément plus la somme est grande + la contrepartie est grande, ce qui est logique.

hands-462298_1280

Est-ce-que ça marche vraiment ?

Le crowrfunding malheureusement ne marche pas à tout les coups, si pour certains l’objectif a été atteint, il en va pas de même pour d’autres et ce même si le projet est très intéressant. En général c’est le monde artistique et cinématographique qui fonctionnent le mieux, parfois on peut trouver quelques trucs branchés tel que « les foodtrucks ». Selon les régions les gens sont plus ou moins solidaires, par exemple le sud n’est pas aussi solidaire que le nord de la France.
Les professions peu connues n’attireront guère de participants, exemple blogueuse. En effet, ceux-ci confondent trop souvent blog personnel et blog professionnel (Explication d’un blog professionnel ici )

Vrai élan de solidarité  ou rêve quasi irréalisable ?

Normalement la dose de réussite devrait se trouver sur les réseaux sociaux mais faut-il aussi que les pseudo-amis et amies vous suivent dans cette aventure, même si vous les rassurez en leur disant que si ça ne fonctionne pas ils seront remboursés, rien n’est acquis, donc par conséquent tu peux avoir 100 amis Facebook, si aucun te suis ben tu es marron 😦 L’idéal est de compter sur sa famille et ses vraies amies mais delà à réunir la somme c’est peu probable. Donc je dirais que c’est 50/50, ce n’est pas tout à fait irréalisable mais ce n’est pas du sûr non plus,alors attendez vous à être frustrée voir même déçue

Conclusion : vous pouvez toujours tenter votre chance, sait-on jamais 😉 pour ma part, je ne renouvellerais pas l’expérience.

———————————–

Source : Expérience perso
Photo : Pixabay-photos libre de droit

 

Création d’entreprise, avoir un capital de départ

Un capital de départ est obligatoire pour la création de son entreprise sinon elle coule

A moins d’être fortunée, un capital de départ est primordial pour sa création d’entreprise, en effet  vouloir faire tourner celle-ci uniquement avec son rsa ou son chômage  est impossible et relève donc de l’utopie.

Par expérience, j’ai appris que sans un fond de trésorerie, on ne peut pas démarrer réellement son activité. En effet, pendant longtemps je me suis bornée à croire que seul mon rsa suffirait à palier aux dépenses engendrées par les déplacements professionnels, l’achat des fournitures bureau (cahier de comptabilité, papier imprimante, cartouches d’encre, enveloppes…), les divers abonnements ou l’hébergement de mon outil de travail : mon blog – la bulle des machins choses– Or comme chacun de nous le sait le RSA c’est l’allocation Caf attribuée afin de pouvoir vivre à peu près correctement (alimentation et vestimentaire) et non pour faire des achats d’ordre professionnel.
Voici un exemple simple : Si je mets 20 euros pour un achat d’ordre professionnel important, je ne pourrais pas mettre ces 20 euros pour les courses. Comme ma priorité c’est de manger (je ne vis pas seule, mon fils est là) je ne pourrais pas utiliser les dit « 20 euros » pour l’entreprise.

bank-note-209104_1280

 Ne pas se mettre en tête qu’on aura de suite de l’argent qui rentrera dans les caisses, car là aussi c’est pure utopie. En effet il faut d’abord se faire connaître et qui dit se faire connaître dit avoir des cartes professionnelles à disposition, exemple ici
Ce qui amène à dire que l’on doit en commander, en tenant compte évidemment de la qualité du papier, un basique ne fera pas très sérieux mieux vaut donc prendre la gamme au dessus.
Donc vous pouvez déjà constater que vous n’avez pas encore  fait rentrer de l’argent  qu’il vous faut déjà en sortir ! dur n’est-ce-pas ?!
Et ce n’est pas fini, pleins de choses suivent…Des choses qui coûtent de l’argent, parfois beaucoup d’argent.
Bilan du premier mois, vous avez beaucoup investit mais vous n’avez rien gagner 😦
Ensuite, viens le temps où vous commencez à avoir quelques clients, seulement voilà les contrats n’affluent pas et les bilans de fin de mois ne sont pas terrible, c’est d’ailleurs pour ça qu’en tant qu’auto-entrepreneur on vous laisse le temps de mettre le pied à l’étrier et de vous trouver une vitesse de croisière (entre nous, il faut vite trouver sa vitesse de croisière )

young-791849_1280

La différence entre « Avoir un capital de départ » et « Rien avoir dans la caisse »

Le capital de départ permet d’apporter à sa nouvelle entreprise tout ce dont il lui faut pour bien fonctionner. Si par exemple vous êtes blogueuse et que votre projet est de faire des reportages, il vous servira à investir dans un bon ordinateur avec en prime de bons logiciels, une imprimante multifonction ( scanner, imprimante, photocopieuse, fax…) et bien sûr un bon appareil photo- si vous êtes apicultrice, ça vous servira à l’acquisition d’un terrain, des ruches, des cadres, des essaims…La partie restante après achat servira a avoir un fond de trésorerie justement au cas où si les clients n’affluent pas (je rappelle qu’il y a les abonnements, les fournitures, l’hébergement du blog ou pour l’apiculture se déplacer souvent sur le terrain)

Ne rien avoir signifit que vous allez devoir acheter au compte-goutte et  risquez de passer à côté de nombreux clients . De plus votre professionnalisme en prend un sacré coup. Ne pas pouvoir se déplacer à une conférence, un vernissage, une invitation pour l’ouverture d’un magasin par manque d’argent pour l’achat d’un billet de bus ou ne pas pouvoir faxer un document parce qu’on a pas les moyens de s’acheter une vraie imprimante multifonction n’est pas bien perçu et nous perdons donc toute crédibilité vis à vis de notre activité professionnelle.

Conclusion : le capital de départ est indispensable 🙂

En espérant que cet article vous aura été utile

Source : expérience perso
Photos : Pixabay – photos libre de droit

A bientôt

Suivi psychologique chez les chefs d’entreprise

Pendant longtemps, le suivi psychologique était tabou. Quant est-il aujourd’hui ?

Même si de nos jours on avoue plus facilement que nous sommes suivis psychologiquement, il est toujours difficile pour certaines personnes tel que les chefs d’entreprise de le dire ouvertement. En effet, diriger une entreprise et se faire respecter c’est faire preuve d’aucune faiblesse, l’image doit être impeccable, rien ne doit supposer que lui/elle a aussi le moral dans les chaussettes et pourtant…
Comme tout être humain, le chef d’entreprise peut avoir des défaillances, un environnement différent et une situation particulière, il doit s’autoriser à en parler afin de trouver des solutions dans ses propres ressources. Cela lui permettra de se libérer et ouvrira bien des impasses.
Le double-sens : Lorsqu’il y a des soucis au sein de la famille, il y aura des répercussions sur l’entreprise et vice- versa.
Famille → Entreprise : Peuvent apparaître une agressivité envers le personnel, un laisser aller dans les obligations administratives, on devient contre productif…
Entreprise→Famille :  insomnies,  épuisement psychique, séparation…

woman-565132_1280

Les mots habituellement étouffés dans ce milieu tels que »idées noires », « sans issues » reviennent de plus en plus dans la bouche des patrons en souffrance. Si l’on parle souvent de la dépression chez les employés, il n’en va pas de même chez les chefs d’entreprise en difficulté qui n’est pas reconnut comme une catégorie à risque par les dispositifs de prévention…et pourtant.

Ne plus avoir peur d’être suivit psychologiquement

Se poser la question : Se prendre par la main, aller voir un psy pour aller mieux et se remettre sur les rails ou rester seule face aux difficultés ? (surtout quand tout se mélange – vie perso et pro)
Réponse : la première solution
Se dire qu’il ne faut pas avoir peur, des millions de gens en voit pourquoi pas nous. Bien sûr il ne faut pas non plus le claironner sous les toits, la famille et les amies de confiance peuvent être mis au courant mais en aucun cas son entourage professionnel.

Article intéressant à lire sur le site Valtus : Chef d’entreprise en difficulté : 5 clés pour échapper aux syndromes des 3 D

Voilà j’espère que ce petit article sans prétention permettra à certaines personnes de comprendre que chef d’entreprise ne veut pas dire « surhomme » ou « wonderwoman » , qu’il n’est pas une machine mais un humain comme tout le monde.

A bientôt

Source : Dejours Christophe, psychologue – expérience quasi perso